Roammates – La Conversion du Lieutenant – Vol 3

Aujourd’hui, on va parler de la bête noire des vanlifers, source de nombreux désagréments sur la route : j’ai nommé, le lanterneau !

LE CAS DU LANTERNEAU

Alors pourquoi il fait si peur le lanterneau ? Bah déjà parce qu’il suppose de faire un trou béant dans le toit de son camion.. et ça voyez vous, ça fout les jetons ! Bon nous il faut savoir qu’on est bien assisté et surtout que notre chef atelier avait déjà auparavant coupé, combiné, surélevé, reposé notre toit donc on était plus à ça près mais quand même… je suis bien contente que cette partie soit terminée et notre lanterneau tout beau tout posé !

Qui dit trou, dit problème d’étanchéité et voilà, il est là le gros challenge du lanterneau.. rester bien imperméable à l’eau !

La découpe est donc bien la partie la plus flippante, mais surtout la plus facile parce que c’est après que ça se corse !

ETAPE PAR ETAPE

Premiere étape donc, la découpe ! On trace bien minutieusement les lignes qu’il va falloir suivre pour découper. On vérifie une fois, deux fois, douze fois ses mesures.. et pouf on y va ! Voilà, ça c’est fait..
A noter que l’on a choisi un lanterneau qui rentrait entre deux crénelures afin de ne pas trop dépasser du toit.. Le Lieutenant fait déjà plus de 3 mètres au garrot, on voulait pas trop en rajouter !

Deuxième étape : le cadre ! Si comme nous votre plafond est en résine crénelée, il va falloir mettre en place un cadre qui servira de support au lanterneau et permettra de récupérer l’épaisseur de l’isolation.. Le lanterneau se clipsera dessus, on vissera dessus et on pourra même y agrafer l’isolation !

Troisième étape : l’étanchéité ! Etape la plus fastidieuse (et de loin!).. Il nous aura fallu une bonne semaine de choucroutage (confère vidéo), de ponçage, re-choucroutage, re-ponçage, enduit, ponçage, fignolage (ou steaufinage comme dirait l’autre !), ponçage, enduit à nouveau…. pour que tout soit bien BIEN nickel ! On y est peut-être allé un peu fort mais on se dit que quand il pleuvra fort dehors, on sera heureux d’être bien à l’abri de l’eau dans notre dodo !

Quatrième étape : la pose ! On présente enfin le lanterneau sur son cadre bien fini.. on regarde à gauche, à droite, en dessous.. ca joue ? ça joue pas..? Il est bien en place alors c’est parti avec le Mastic Colle SIKA qu’on applique dans la rainure prévue à cet effet sur la partie supérieure du lanterneau.
Une fois que le lanterneau est en place sur le toit, on appuie bien fort pour écraser le joint au maximum.. ça dépasse ? c’est pas grave, ça se retire bien une fois sec !
Ensuite, on ajuste les derniers passages de vis.. on meule un peu.. rabote un poil.. et voilà on y est.. on visse la partie extérieure du lanterneau avec sa partie intérieure intermédiaire !
Enfin, on installe le contreplaqué préalablement préparé et on pose la touche finale, la partie inférieur du lanterneau.. le cache de finition..

Dernière étape : l’auto-congratulation ! Oui c’est important, on se réjouit de voir enfin posée une partie du plafond de notre future maison !

Dans la prochaine vidéo, on parle contreplaqué.. ces chouettes panneaux de bois qui habillent l’intérieur du Lieutenant !

Et toujours notre chaîne YouTube Roammates .. Abonnez-vous pour plus de vidéos !

JE COMMENTE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.