Ma colère

Je suis en colère. Et j’en ai marre d’être en colère.. je suis tout le temps en colère contre tout.. tout le temps.. et je réalise que je trimballe cette colère depuis si longtemps qu’il me semble aujourd’hui impossible de la faire taire..

Je suis en colère contre l’humanité toute entière.. dans sa globalité évidemment, pour ce qu’elle fait subir aux autres espèces et à elle-même, et de son manque d’humilité. Je suis en colère contre les citoyens du monde « libre » qui ferment les yeux sur nos dirigeants, enfin leurs dirigeants parce que ne votant plus, ce ne sont certainement pas les miens.. Je suis en colère contre les « puissants » qui ont créé un monde rempli d’inégalités et qu’ils portent haut comme modèle de liberté. Je suis en colère contre les capitalistes qui ont mis l’argent plutôt que l’humain au centre de tout. Je suis en colère contre les lobbis qui, n’en doutez pas, ont droit de vie ou de mort sur chacun d’entre nous. Je suis en colère contre les chefs d’entreprise, les méchants ambitieux comme les bien intentionnés, le profit deviendra toujours à un moment ou un autre leur priorité. Je suis en colère contre les faux humanistes qui ne savent même pas traiter convenablement les salariés de leur propre entreprise. Je suis en colère contre l’Histoire qui ne nous a finalement rien appris. Je suis en colère contre la nature humaine qui s’affaire à faire du mal l’Outil indispensable pour faire « le bien ». Je suis en colère contre la peur et la culpabilité dont les puissants jouent pour mieux nous contrôler. Je suis en colère contre les médias et les journalistes d’être complices de ça. Je suis en colère contre les écrans qui sont devenus le support privilégié de notre asservissement et de notre médiocrité.. Je suis en colère contre tous les petits qui prennent le peu qu’on leur donne sans sourciller. Je suis en colère contre tous les petits qui prennent le peu qu’on leur donne s’estimant déjà chanceux que l’on leur ai donné. Je suis en colère contre l’Industrie qui détruit tout sur son passage pour devoir répondre à nos « besoins ». Je suis en colère face à la disparition de la notion d’essentiel. Je suis en colère pour toute cette eau potable qui coule sans qu’on la boive. Je suis en colère contre les hommes et notamment l’homme blanc alpha qui a la parole et le pouvoir depuis si longtemps qu’il prend encore et toujours le dessus sur tous les autres. Je suis en colère contre l’homme alpha blanc qui se sent toujours obigé de s’exprimer pour les autres. Je suis en colère contre les intouchables, ceux qui passent toujours à travers sous couvert d’un talent, d’un pouvoir, d’un art. Je suis en colère contre le sexisme ordinaire, les inégalités bien ancrées, et ce sentiment d’injustice, d’incompréhension et d’impuissance permanent qui alimentent une souffrance féminine universelle. Je suis en colère contre l’indifférence ou au contraire l’ingérence. Je suis en colère contre tous ceux qui ne remplissent pas leur devoirs et obligations, morales j’entends ! Je suis en colère contre toute l’exploitation ordinaire de l’image de la femme et de sa sexualité. Je suis en colère contre la pornographie qui alimente de fausses réalités, des clichés mais aussi de réelles souffrances et inégalités. Je suis en colère contre les abus de pouvoir et le manque de respect envers les plus « petits », les plus faibles, les moins représentés. Je suis en colère contre tous ceux qui bafouent des valeurs, grandes comme petites, garantes de notre humanité. Je suis en colère contre le manque de civisme des gens. Je suis en colère contre tout ceux qui ne veulent pas s’engager/changer/agir par peur de voir leur petit monde douillet s’écrouler. Je suis en colère contre tous ceux qui ferment les yeux. Je suis en colère contre les réseaux sociaux, les buzz et tous ces likes qui nous ont emprisonnés, m’ont emprisonnée et desquels j’ai tant de mal à me dépêtrer. Je suis en colère contre les magazines féminins et pas assez féministes. Je suis en colère contre le culte du corps, ses excès, ses dérives. Je suis en colère contre tous ceux qui, en toute connaissance de cause, continuent d’acheter ce qui nous mène à notre perte (moi compris). Je suis en colère contre la violence ordinaire, le racisme ordinaire, toutes ces petites mécaniques bien huilées, communes et pourtant si dévastatrices.. Je suis en colère contre les petites batailles énergivores, dénuées de sens, simple reflet de notre impuissance et de notre frustration. Je suis en colère contre ma famille, pour tous les non-dits, les mises à distance inutiles, la violence des mots, la violence des gestes. Je suis en colère contre ma famille et les autres qui transmettent malgré elles toutes la souffrance des générations passées. Je suis en colère contre tous ceux qui m’en veulent plutôt que d’avoir le cran de se battre pour de vrais sujets. Je suis en colère contre les gens qui perdent du temps et de l’énergie à dénigrer et discuter les choix des autres. Je suis en colère contre tous ceux qui se définissent par leur haine de quelque chose. Je suis en colère contre ceux qui se défoulent sur les autres à grands renfort de coups ou de mots. Je suis en colère contre ceux qui n’apportent toujours que tourment. Je suis en colère contre les « c’est comme ça », « c’est la vie », que veux-tu qu’on y fasse ».

Et surtout je suis en colère contre moi. De laisser faire. De m’être laissée faire. De ne rien faire. De m’être tue. De ne pas m’être écoutée. D’avoir subi si longtemps. De ne pas être partie plus tôt. D’avoir été si faible. D’être toujours si faible. De ne pas avoir plus de cran. D’avoir cherché le bonheur en l’autre. D’avoir gâché tout ce temps. D’avoir fermé les yeux. D’avoir si mal consommé. D’être si dépendante de la technologie. D’avoir voté pour ces dirigeants. D’avoir travaillé pour un tyran. D’être le parfait produit de tout ce que j’exècre. D’être en constante attente/demande d’une quelconque reconnaissance. De m’être laissée dicter ma conduite, mon apparence, mon poids, mon régime alimentaire, ma pensée, mes idées, mes envies… de ne pas mettre plus de sens dans tout ce que j’entreprends.

Je suis en colère. Et j’en ai marre d’être en colère.. je suis tout le temps en colère contre tout.. tout le temps.. Et j’ai tellement de vraies bonnes raisons d’être en colère que je ne sais même pas par où commencer pour la désamorcer. J’ai beau essayer de me calmer, de relativiser, d’objectiver.. rien n’y fait. Notre future vie nomade est pour moi une réelle fuite de cette société dans laquelle j’ai grandi, à laquelle je me suis un temps abandonnée et conformée mais dans laquelle je ne me reconnais vraiment plus. A laquelle je dois toute cette colère et à laquelle je ne veux plus appartenir ni être assimilée. J’ai besoin de reprendre foi en l’humanité, de redécouvrir le monde sous un nouvel angle.. de tout désapprendre pour mieux apprendre… et donner un vrai sens à ma vie, à notre vie à tous et à tout le reste. Un sens plus large.. moins personnel. Ne plus être en colère. Vraiment pardonner. Devenir la meilleure version de moi-même et contribuer tant que possible à répandre l’essentiel.

24 commentaires

  1. Jojo potatoe dit

    Go go Go ! Va vite transformer cette colère, en esperant de tout coeur que cette vie nomade qui vous attends t’apportera le pardon et la nouvelle version de toi que tu attends mon joli petit soleil ;)

  2. Alizée dit

    J’aime beaucoup ton article… Je me reconnais dedans. Il est magnifiquement écrit. Brut et essentiel.
    Je comprends ce que tu ressens et j’espère que cette nouvelle vie qui vous attend t’aidera à te réconcilier avec le monde et surtout toi même

  3. ohlala, comme je suis d’accord avec ce que tu écris. J’ai cette même colère en ce moment, alors j’essaie de m’éloigner de tout ce qui pourrait me rendre triste ou m’énerver. Pas de télé ou de radio, et plutôt un repli sur nous. En ce moment je suis chez ma famille, Et j’en veux à ma tante de ne pas vouloir sortir de sa situation malsaine, à ma grand-mère d’être autant dépensière, à mes parents de faire l’autruche et fermer les yeux. Mais en même temps que dire, quoi faire ? Bref, je comprends ta fuite nomade, Et j’espère qu’elle t’apportera plus de quiétude. Désapprendre pour mieux réapprendre, c’est la meilleure solution.

    • Clémence dit

      Disons que se recentrer sur soi permet déjà de changer les choses en soi.. c’est en voyant ces changements que les autres s’interrogeront et auront envie de suivre cette voie.. ou pas d’ailleurs.. On ne peut pas changer les autres, seulement leur montrer la voie toute en subtilité et délicatesse..

      J’ai reçu un mail très sage à ce sujet.. abandonner le ton culpabilisateur et prôner plutot la bienveillance..

      « Puis j’ai changé mon regard sur les choses, plutôt que de monter aux créneaux et de passer pour celle qui donne des leçons, d’avoir ce constant sentiment d’être énervée et en colère, j’ai commencé à me focaliser sur ce qu’il y avait de beau, comme les moindres petites actions pouvaient en fait convaincre bien plus que les paroles. C’était comme arrêter de partir en croisade contre des personnes qui n’en avaient que faire et plutôt commencer à reproduire ces petits actes au quotidien qui me rendaient heureuse et étaient en phase avec ma vision des choses et du monde dans lequel je veux évoluer. Ce n’est que lorsque l’on me questionnaient sur tel ou tel choix, actions que j’expliquais ma façon de faire. Mon discours belliqueux avait disparu et mes réponses étaient désormais empreintes de bienveillance et de sourire. Je n’essayais plus de convaincre ou d’expliquer le pourquoi du comment mais vivais simplement de la manière qui me correspondait et me rendait heureuse. Et crois moi, si la colère fait fuir, le bonheur est contagieux! »

    • Clémence dit

      Ces lignes ne vous étaient pas destinées à l’origine.. je voulais les écrire pour exorciser tout ça.. c’est mon amoureux qui m’a conseillé de les publier afin de trouver un écho et moins me renfermer.. et en effet, ça a été la meilleure chose que j’ai faite depuis longtemps <3

  4. Corail Menthe dit

    Les sources de colères sont si nombreuses dans ce monde, j’ai parfois l’impression qu’absolument chaque élément constituant mon quotidien me répugne, me débecte et me met hors de moi… Et c’est épuisant. Et je me sens seule et honteuse de ne pas avoir la force de dire merde à tout ça, de me blottir dans mon petit confort… et je me demande si je peux changer la face au monde seule ou si je dois traverser cette vie finalement si courte comme une petite fourmi. C’est épuisant d’être en colère. … pour soi même et pour les autres. Alors on en fait quoi de sa colère? C’est quoi la solution? La fuite? La soumission? L’égocentrisme? La rébellion? …. franchement je n’en sais rien.
    Merci pour cet article.

    • Clémence dit

      Alors déjà, si il y a bien quelque chose que j’ai appris depuis que j’ai publié ce billet.. c’est que tu n’es pas seule ! Nous sommes vraiment nombreux à ressentir ce mélange de colère contre soi et les autres, d’impuissance, de malaise, d’injustice… Et s’il y a une seule chose importante à retenir dans tout cela c’est qu’agir dans son quotidien, en accord avec soi-même, avec ses valeurs, avec bienveillance.. est déjà une arme incroyable.. « Etre un exemple pour soi-même et les autres » <3

  5. Noellgr dit

    Cet article résonne tellement en moi en ce moment. Je vais le garder bien au chaud pour y revenir dès que j’en ressentirais le besoin. Merci pour ce partage et bonne route vers ce qu’il y a de meilleur pour toi.

  6. Louise dit

    Merci pour cet article qui m’a beaucoup touché. Tout cela résonne beaucoup en moi et je suis tellement en colère.. comme dit dans les précédents commentaires, merci d’avoir si bien écrit cette colère que tant de monde partage…

JE COMMENTE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.