EN VAN AVEC SON CHAT

 

Comme vous le savez déjà, mon chéri et moi sommes partis vivre sur les routes d’Europe depuis décembre dernier. Parents d’une petite Nel, dont je vous parlais déjà l’été denier dans cet article, une minette européenne de bientôt 6 ans, il nous a paru inconcevable de ne pas l’embarquer pour partager cette aventure avec elle. C’est que je l’aime follement cette petite créature moi ! Mais un tel voyage ne s’improvise pas et avoir un chat dans l’équipage demande quelques ajustements dès la conception de sa maison sur roue et des concessions ensuite tout au long du parcours.

Je vous ai demandé il y a quelques temps de m’adresser vos questionnements sur le sujet afin que j’établisse cet article sous la forme d’un questions/réponses. Et là où ça devient intéressant (merci pour l’émulation @nouveauxnomades), c’est que j’ai également convié trois autres équipages de vanlifers, j’ai nommé The Travelling Shed avec SACHA, Casquette et Baskets on the Road avec ROUFLAQUETTE et Clo et Clem avec KIWI, pour compléter/étoffer/nuancer/confronter les réponses. Ainsi, ce ne sont pas un mais quatre points de vue que vous aurez pour chacun des thèmes abordés afin de rendre ce post le plus exhaustif et complet possible !

C’est parti !

– Personne ne m’a posée la question alors je le fais ! Quels sont les préparatifs indispensables à faire en amont pour voyager avec son chat ?

NEL : L’habituer au harnais et à la laisse. Et je pense que ça dépend de chaque chat. Nel par exemple n’est toujours pas à l’aise avec son harnais. Elle se prostre systématiquement dès que l’on lui enfile. Elle le vit toujours un peu comme une punition. Et pourtant ça fait longtemps que l’on essaie de l’y habituer. Toutefois, elle nous a fait une chouette démo de balade en laisse lorsque l’on était en Autriche. Elle a marché comme ça durant plusieurs centaines de mètres, j’étais si fière. Mais à part cette fois-là ; c’est définitivement pas son truc. Par contre je sais que pour d’autres marcher en laisse est venu très naturellement.
Du coup nous, on a investi dans un sac à dos conçu pour les chats, que l’on appelle le sac à dulle. Au début elle miaulait pas mal alors on ne faisait pas durer les balades trop longtemps mais maintenant dès qu’on le sort elle se rue dedans..! Ce chastronaute bag est plutôt bien fichu, il a des aérations de partout, et la bulle et les résilles permettent aussi que le chat regarde et renifle tout ce qui l’entoure !
Pour l’aspect administratifs et santé, prévoyez de faire pucer (si ce n’est pas déjà fait !), vacciner votre petite boule de poil en fonction de vos  destinations et de demander son Passeport Européen. Pour l’Europe c’est assez simple bien que les vaccins ne soient pas donnés mais si vous prévoyez de visiter des pays plus lointains et/ou exotiques sachez que cela peut s’avérer bien plus compliqué ! Ma véto m’a donnée une adresse d’un site hyper complet pour tout bien préparer, il s’agit d’Anivet.
Enfin je ne saurais que trop vous recommander de prévoir une petite trousse à pharmacie spéciale pour votre chat ! Nous sommes partis un peu léger de ce point de vue là, seulement les antipuces/tiques et les vermifuges pour une douzaine de mois.. nous avons depuis acheter une pince anti tiques, de l’antiseptique anti lick, des ciseaux à bout rond, un tube d’anti boule de poil et un cône de la honte. Un site reprend les différentes choses à prévoir dans sa trousse.. par là !

Nel

SACHA : La première chose à laquelle on a pensé lorsqu’on a décidé de partir pour une longue durée en van avec Sacha était de l’habituer absolument au harnais et à la laisse. On ne voulait pas le laisser H24 dans le van, et au début il était impensable pour nous de le laisser sortir librement, nous n’avions donc pas d’autre choix que de l’y habituer ! Les débuts ont été plutôt cocasses, il supportait assez mal le harnais, se roulant par terre dès qu’on lui mettait. On l’a amadoué avec des friandises, et au fur et à mesure, il s’est détendu ! Au final, il s’y est assez vite habitué, et a bien compris qu’avec ça, il pouvait vadrouiller un peu partout dehors. Alors pour nous, ça serait vraiment la première chose à faire : habituer son chat au harnais et à la laisse pour qu’il puisse vivre le départ un peu plus sereinement ! Et la case véto évidemment !

ROUFLAQUETTE : Comme pour Nel, il a fallu passer par la case véto pour les vaccins, la puce et le passeport ! En plus, notre petite chatte caribéenne a dû prendre l’avion avec nous pour rejoindre le continent. Ainsi, elle a dû grimper dans un sac de transport aux dimensions adaptées car la belle faisant moins de 6kg elle avait le droit de venir avec nous en cabine ! Sinon ça aurait été régime forcé.

KIWI Nous ne savions pas encore que nous allions acheter un van lorsque nous avons adopté Kiwi. Elle est arrivée dans notre vie il y a 3 ans, juste après notre retour en France après 2 ans de voyage à travers le monde en sac à dos. Nous n’avions pas vraiment de “maison fixe”, du coup nous l’avons habituée à beaucoup bouger. Les gens disent souvent que le chat a besoin de “stabilité”. Dans notre cas, nous étions la stabilité de Kiwi. Elle s’est donc très vite habituée à la vie en van sans qu’on n’ait eu besoin de la préparer réellement. Tant qu’elle est avec nous elle se sent bien. Une fois dans le van, nous avons commencé à la promener avec un harnais et une laisse. Elle a très vite identifié le harnais et la laisse avec la sortie. Du coup, elle ronronne et vient se frotter à nous. Elle est curieuse mais ne s’aventure jamais loin. Comme les autres chats voyageurs, Kiwi a dû faire ses vaccins pour avoir un passeport européen.

– Avez-vous conçu l’aménagement de votre van en fonction de la présence de votre chat ? Son coin repas ? Y avez-vous intégré des grattoirs ? Un coin litière (et si oui laquelle utilisez-vous ?) ? Des ventilations supplémentaires ?

NEL : Pour tout vous dire, nous avons surtout pensé l’aménagement du van pour Thomas !! Mais oui quand-même il y quelques petites astuces que l’on a mis en place, notamment un petit coin pour ranger sa litière propre et ses croquettes entre le pied de la banquette et le meuble cuisine. Sa gamelle est placée juste devant. Nous avons également investi dans un hamac à ventouses sur lequel elle se repose et surveille les alentours quand on est l’arrêt. Elle a sa chambre ! Au début elle était aussi souvent dessus quand on roulait mais avec les beaux jours, elle préfère passer les trajets à l’ombre sur le capot du moteur entre nous deux ou même à l’arrière.
Côté caisse/bac (je sais pas comment appeler ça), ayant pris l’habitude de faire ses besoins dehors lors de la conversion du van, nous pensions qu’elle garderait le pli et de ce fait n’avons prévu qu’une solution minimale. Erreur ! Nel fait tout le temps ses besoins dedans, pour ne pas éveiller les prédateurs je suppose.. du coup les odeurs ont vite été un soucis et les grattouillages interminables aussi ! Surtout la nuit ! Nous avons donc dû trouver une solution : une caisse fermée avec porte battante que l’on positionne dès notre arrivée sur notre spot dodo au pied du siège passager. Pour nous et Nel ça fonctionne nickel.  Quant à la marque, on a tenté la litière végétale mais en un pipi/popo, elle se décomposait et elle en mettait partout. Du coup, on est revenu à la Catsan Minérale classique. Côté grattoir, c’est notre sol (du jonc de mer) et les fauteuils à l’avant !

SACHA : Nous concernant, nous avons pensé l’aménagement en fonction de Sacha et Lewis (notre chien), afin qu’ils puissent vivre le voyage le mieux possible (et nous aussi par la même occasion !). Tout le dessous de la banquette du lit leur était consacré. Nous avons mis la litière de Sacha à l’entrée du van, sous la banquette, pour qu’il puisse facilement y accéder (le tout caché par un rideau). Il s’y est tout de suite habitué ! Pour ses gamelles, nous avions tout mis en hauteur, sur la partie cuisine, pour ne pas que Lewis y touche, et qu’il soit tranquille pour manger. Par contre, nous n’avions pas prévu de grattoir, il faisait ses griffes sur le paillasson ou à l’extérieur !

Sacha


ROUFLAQUETTE : Honnêtement, rien de particulier n’a été fait pour la présence de notre petite Rouflaquette!Sa litière a été posée là où il y avait de la place et où ça dérangeait le moins, soit sous notre table ! Son grattoir est notre paillasson et son endroit préféré dans notre camion reste notre lit douillet….et le lavabo donnant sur l’extérieur et d’où elle peut faire la commère!


KIWI : Pas dans le van actuel mais dans le précédent nous avions conçu un caisson pour les toilettes sèches et les toilettes du chat. Nous avons aussi un petit grattoir en carton.

– Est ce que Nel se fait la malle et part en vadrouille vous obligeant à l’attendre des plombes avant de partir ?

NEL : Alors déjà il faut savoir qu’on laisse sortir Nel seulement quand on est loin de la route et qu’il n’y a pas de chiens laissés libres autour. Elle n’a jamais pris l’habitude de partager son territoire et ça ne se passe jamais très bien avec les autres chats ou chiens. Demandez à Sacha.. Et quand elle sort, on va avec elle au début puis quand on rentre, on lui laisse toujours la porte du van ouverte en cas de repli d’urgence. Elle nous a déjà fait un bad trip face à un petit lapin à Amsterdam.. Sinon non jamais eu vraiment à l’attendre, elle ne s’en va jamais trop loin. Et au pire un bon remuage de sac de croquettes la ramène très vite à la maison !


SACHA : Sacha est assez curieux de nature, et n’a pas peur de grand chose ! Il aime bien explorer ce qui l’entoure, et il part assez facilement en vadrouille. Pendant les ¾ du voyage, nous le laissions en laisse donc pas de soucis de ce côté là. Quand nous avons décidé de lui rendre sa liberté (moment de flippe ultime la première fois où il s’en va explorer les alentours…), il nous a tout de suite montré que le van était sa maison, et qu’il reviendrait quoi qu’il arrive ! Il ne part jamais très longtemps, ni très loin pour le moment !

ROUFLAQUETTE : Rouflaquette est la reine de l’évasion ! Elle nous a absolument tout fait : par la fenêtre, en se pendant à sa laisse…c’est une petite maline qui profite de la moindre occasion pour se faire la malle ! Le truc, c’est qu’on ne peut pas toujours la laisser vadrouiller…. Lors d’une évasion, elle fait tout pour ne pas être rattrapée et nous fait poireauter et flipper pendant un moment ! Quand c’est nous qui la laissons sortir, elle rentre toute seule, souvent pour manger !

KIWI : Jamais sans nous :) Elle s’est déjà sauvée une fois du van mais comme elle n’est pas très courageuse, elle est restée au bord.

– Comment ça se passe quand vous la laissez dans le van ?  Combien de temps la laissez-vous ?

NEL : D’une, ça dépend de la saison. En plein hiver, il suffit de lui laisser des plaids et la couette pour qu’elle puisse s’emmitoufler dedans et peut-être quand-même éviter de partir trop longtemps.
Aux mi-saisons, quand il fait bon/frais/froid mais que ça ne se ressent pas dedans, y’a pas de limite de temps. Elle a tout ce qui lui faut dans le van et c’est le bon moment pour elle pour se reposer. Ne pas oublier que les chats ont besoin de dormir entre 18 et 20h/jour !
L’été par contre, c’est plus compliqué. Il est impensable de la laisser dans un van fermé et au soleil (ça chauffe bien trop vite même bien isolé !) donc soit on trouve une place à l’ombre et on ouvre le lanterneau pour que ça ventile, soit on sait que l’on ne va pas partir longtemps et auquel cas on la prend avec nous, soit pas de balade pour nous. C’est pas compliqué, y’a pas plus d’option si on prend en compte le bien être du chat.
Ah et on part toujours du principe qu’elle est mieux au calme dans le van alors quand on peut, on l’y laisse.

SACHA : On s’organise différemment suivant le laps de temps où on le laisse, et la température à l’extérieur ! Le premier critère que l’on prend en compte est la chaleur. On ne sait que trop bien à quel point un animal enfermé dans un véhicule peut souffrir en quelques minutes de la température. On est vraiment vigilant sur ce point, et on a fait de nombreux tests avant d’être sûrs de pouvoir le laisser longtemps sans crainte. On prends bien soin de fermer les rideaux, de lui laisser beaucoup d’eau et surtout, on installe à chaque fois notre gros pare-soleil extérieur, qui marche du feu de dieu. Son efficacité est assez impressionnante, et même en cas de forte chaleur, il fait souvent plus frais dans le camion que dehors grâce à ça ! Alors évidemment, quand il fait très chaud et malgré toutes ces précautions, on ne le laisse jamais plus de quelques minutes dedans, et on se relaie parfois même pour faire les courses pour ne pas les laisser seuls. Par contre, lorsqu’il fait plus frais (automne/hiver/printemps), on peut le laisser très facilement une journée seul à l’intérieur. Il passe son temps à dormir ! Par contre le soir, on le laisse gambader à volonté pour qu’il puisse bien se dépenser ! La seule crainte que l’on a de le laisser seul, c’est vis à vis d’un éventuel “cambriolage” du van…

ROUFLAQUETTE : Je crois qu’elle attend ce moment avec impatience : avoir le lit pour elle toute seule !!! On peut la laisser tout l’après-midi voir une bonne partie de la journée ! On l’imagine alors se la coulant douce ! Depuis que les températures ont grimpé, on lui laisse de l’eau et on essaie de ne pas se garer en plein cagnard de peur de retrouver une Rouflaquette en mode poulet rôti !

Rouflaquette ou Roufie


KIWI : On la laisse dans le van lorsqu’on ne peut pas la prendre en visite avec nous. Nous nous garons à l’ombre, nous mettons eau+croquettes à disposition mais elle n’y touche pas : elle dort tout le temps :D

– Quand un chat a peur, son réflexe est de prendre la fuite et/ou se replier chez lui. Comment faites-vous en balade ? Est-elle toujours attachée ?  Quel harnais vous conseilleriez ?

NEL : Quand on la prend en balade, elle est soit dans le sac soit en laisse mais ça dure pas longtemps et au moindre « danger » je la prends dans les bras ou la remets dans son sac. Elle s’y sent en sécurité.
Une seule fois un chien en laisse s’est trop approché alors que je l’avais dans les bras (mais avec harnais et laisse), elle s’est réfugiée dans un arbre et ça n’a pas été simple de la calmer/récupérer. On s’adapte à elle en balade, pas l’inverse. On veut vraiment qu’elle y prenne plaisir même si ça signifie pour nous la laisser grignoter de l’herbe au même endroit pendant une demi heure !
Le harnais de Nel est un Puppia taille XS. J’ai dégoté cette référence dans un super article sur comment entraîner son chat à la laisse LIEN . Ce site (Adventure Cats) est parfait tout entier d’ailleurs (mais en anglais !)


SACHA : Alors on emmène jamais Sacha en balade avec nous ! Soit il reste dans le camion si le temps le permet, soit on reste toute la journée posés avec lui. Concernant le harnais, c’est un harnais tout simple trouvé sur Zooplus, il est loin d’être confort je pense mais il s’y est habitué ! Pour le prochain départ, on investira sûrement dans un harnais plus confortable pour lui !

ROUFLAQUETTE : En balade, on emmène toujours Rouflaquette dans son sac à hublot ! C’est d’ailleurs Nel qui nous a donné l’idée ! Elle a vite compris que c’était son refuge et quand on lui ouvre elle reste souvent couchée dedans ! Elle a beaucoup de mal avec sa laisse. Etant à la base une sauvageonne c’est dur pour elle de se sentir tenue ! Côté danger, on fait très attention, surtout que la belle étant une vraie dominante, elle va souvent à l’affrontement!

KIWI : En balade Kiwi est attachée. Quand elle a peur, elle fait demi-tour et retourne au van.

– Nel a-t-elle été habituée bébé à ce mode de vie ?

NEL : Pas du tout ! Avant de partir vivre quelques mois dans les Pyrénées avec nous pour la conversion du Lieutenant, Nel vivait avec moi puis nous en appartement et son terrain de jeux était au plus les toits de Montpellier ! Elle sursautait au moindre bruit  et fuyait la queue ébouriffée lors de toute rencontre fortuite avec un autre animal !
Je pense que les bruits intenses du chantier l’ont habitués à vivre dans une atmosphère moins aseptisée, puis le fait d’avoir accès à l’extérieur sans barrière lui a donné l’habitude de revenir d’elle-même à son camp de base en cas de petite frayeur ou juste quand elle veut se reposer.

SACHA : Pas du tout non plus pour Sacha ! C’est un vrai chat d’appartement, nous l’avons récupéré à deux mois, et il n’a vécu qu’en appartement avec nous pendant 2 ans ! Autant vous dire qu’on ne savait paaaas du tout comment il allait s’habituer, mais au vu de son caractère, on avait quand même peu de crainte ! Il adore le van, il dort tout le long du trajet, même lorsqu’on roule toute la journée, il est parfait !

ROUFLAQUETTE : Absolument pas. Rouflaquette est une petite chatte sauvage de Guadeloupe. On peut dire que l’on s’est adopté mutuellement ! Par contre, son comportement a énormément changé. Avant c’était une chatte très indépendante qui ne demandait que très peu d’attention alors qu’aujourd’hui c’est un vrai pot de colle ! Quant à la route, elle détestait la sensation, paniquait et ne faisait que miauler. Maintenant, même quand la route secoue, Rouflaquette reste imperturbable !

KIWI : Oui et non… À la vie nomade oui, à la vie en van non.

Kiwi

– Le petit hamac accroché devant n’est-il pas dangereux en cas de coup de frein violent et/ou collision ?

NEL : C’est une excellente question. Très honnêtement, nous n‘avons même pas pensé la faire voyager différemment qu’en liberté dans le van. Toutefois, elle y est de moins en moins en cette saison. Le soleil qui tape sur le pare-brise chauffe trop. Elle est le plus souvent entre nous deux sur le capot du moteur recouvert d’un plaid ou à l’arrière. J’imagine pas la laisser enfermée dans un sac durant tous nos déplacements. Mais cette remarque me fait très sérieusement me demander si j’ai raison…

SACHA : Tout pareil, on ne s’est jamais posé la question… On lui a déjà fait subir des trajets enfermés dans la cage pour des raisons de santé, mais il n’apprécie vraiment pas ça. Il dort très souvent entre nous deux sur le siège, ou à l’arrière sur la banquette. Mais à vrai dire niveau sécurité, on ne fait rien de ce qu’il faudrait faire…

ROUFLAQUETTE : Impossible d’enfermer Rouflaquette durant les trajets. Elle est le plus souvent sur le lit mais fait quelques petites incursions à l’avant de temps à autre ! On ne s’est jamais vraiment posé la question de l’accident, alors on va y réfléchir..

KIWI : Kiwi a sa caisse de transport toujours ouverte à disposition. Lorsque le trajet est bruyant, elle se glisse dedans et dort. Elle s’y sent en sécurité.

 

Et voilà pour la vie de nos chats à bord ! J’espère que cela vous aura été utile !
Et pour vous alors, comment ça se passe ? Avez-vous des astuces/conseils à confier et que l’on n’aurait pas abordé ? 

 

SITES CONSEILLES

Anivet
AdventureCats.org
Wamiz.com
Zooplus.com

 

Allé chalut ! (ouai bon ok mais elle était facile aussi celle-là !)

11 commentaires

  1. Elodie Addams dit

    C’est vraiment super d’avoir un retour aussi complet sur vos différentes expériences, et de voir que peu importe le caractère du chat c’est toujours possible, même si on s’inquiète énormément au début (perso ma plus grosse peur, ça serait qu’elle s’enfuie et ne revienne pas parce qu’elle ne reconnaîtrait pas les lieux et se sentirait perdue)

    • Clémence dit

      C’est notre peur à tous je pense ! Mais quand on vit ou voyage assez longtemps sur la route, on apprend à lâcher prise et à se détendre ! Ces petites bestioles sont bien plus adaptables que ce que l’on pourrait croire, c’est assez fou !

  2. Génial ! On a pas mal voyagé en van avec notre chat aussi et ça résume vraiment bien! Par contre je suis intriguée par le pare-soleil extérieur ! Est ce qu’on pourrait en savoir plus?? Merci :)

    • Clémence dit

      Contente que l’article te plaise !
      Certains constructeurs ou équipementiers prévoient des pare soleil que l’on fixe sur le pare-brise et les portieres avant par l’extérieur. Plus efficaces selon certains (je plussoie), ils évitent aussi la condensation à l’intérieur sur les vitres au réveil! C’est The Travelling Shed qui nous a fait connaitre ce systeme ingéneiux. Pour le Lieutenant impossible d’en trouver dans le commerce alors on s’est fait des gabarits en cartons, avons découpés tout ca dans de l’isolant mince et du tissu et avons confié l’assemblage à une amie couturiere.. En hiver comme en été, c’est d’une immense efficacité !

  3. Sautedanslevan dit

    Nous on a acheté un matelas réfrigéré pour Pooka 😊. Comme ça on le sort du freezer avant de partir en balade quand il fait chaud et il peut se poser dessus. Ça lui plait bien

  4. Pixie-T dit

    J’adore ton article! Mon monstre poilu à une nounou lorsque je voyage (chat de luxe haha), mais j’ai de plus en plus l’envie de l’embarquer avec moi dans mes voyages, mais j’avoue être frileuse (elle est très peureuse), mais voir de jolie réussite ça me redonne de la motivation!

JE COMMENTE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.